Mon esprit tu te meus

Publié le par Lena Spin

Aujourd'hui encore, j'ai compris beaucoup de chose...

 

La réservation de la traversée de la Manche sous mon regard, j'ai compris en un éclair de génie que mon destin était sellé, qu’il était encore plus inéluctable que je le pensais. J’ai encore franchi une étape dans ma folie : je ne suis qu’un pantin, une poupée comme je le présentait il y a quelques semaines.

 

C’est étrange… alors que je pensais lentement sombrer dans une folie sécurisante, une forme d’isolement psychique, il se produit tout l’inverse… Il y a encore quelques mois, je me posais beaucoup de question, sur mon être profond, sur ma définition de mon existence, sur Barly Segwest, mon Roman, mon passé…. Et, comme par enchantement, les questions ont presque naturellement trouvé une réponse : et la réponse est simplement que les questions n’ont pas de sens, que mon être ne se décompose pas en question, que mon âme ne se morcelle pas, mais que je suis une entité unique, indivisible et insondable. Plus je m’approche et plus je me fige. Plus je sonde le plus profond de mon moi et moins je pense, moins je réfléchis. Je suis au bord d’une antre, d’un puits. C’est peut-être ça la mort : l’absence de conscience, la liberté absolue.

 

Je ressens de moins en moins le poids de mon corps, je suis de plus en plus légère… La nuit il m’arrive très fréquemment de rêver que je vole. Le jour aussi. En fait je viens de découvrir que le moment où je suis encore « consciente » est le moment précis où je vous écris. Seul mon lecteur me fait vivre et je ne crois pas qu’il sait à quel point il participe à mon entreprise, à mon destin de poupée.

 

Dans 40 jours je serai libre… évaporée. Je ne serai plus qu’une toute petite pensée dans la tête de tout ceux qui m’auront fait vivre.

Publié dans Lena

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
Lena, un mot un rien<br /> trouve et prends ce lien<br /> use, songe ,mais ne feins <br /> à ton passé qui dort en ton sein<br /> à ton présent impalpable, indistinct<br /> à ton futur certes incertain<br /> une voie, un destin...<br /> songe donc aux tiens  !<br /> crois aux faveurs du lendemain<br /> joies et peines jalonneront ton chemin<br /> ils seront tes epices, ton levin<br /> parole de vaurien
Répondre
S
Il est clair que plus je vois le compte à rebours défilait plus je me demande ce que je peux faire pour que tu décides de l'arrêter. il y a tant de choses à vivre, que tu ne peux passer à côté de temps de merveilles. la vie est dure, brutale et cruelle mais elle vaut le coup d'être vécue à fond. ne l'abandonne pas stp
Répondre
S
bonjour je viens de lire ton blog et ça me fait peur car je sens bien que tu as envie de le faire mais surtout ne fait rien. je suis passée par là aussi et j'ai reussi à remonter la pente meme s'il m'arrive encore d'avoir des crises d'angoisse. si tu veux ecrie moi je peux t'aider si tu le desire vraiment.
Répondre
L
                        La vie...<br /> Ses relents ses temps fanés,ceux qui usent et influencent notre existence, nous afflige nous pousse sur des chemin peu courus, s'en suit le doute l'effroi, l'affliction. <br /> Un héritage unique, propre à chacun ineffable car emprunt d'un affect subjectif, l'émoi la psyché une emprise un carcan, la rendant cruel puis futile vide de sens, par défaut.<br /> Des etre las usé, sollicite le repos, escomptant  la quiétude en se libérant d'un passé d'une carence...<br /> Lena la vie à d'autre reflets, elle reste un don une belle aventure, va et puisse sagesse et savoir, trouve l'antre et initie-toi de cette quete, éclos et advient,  dotes-toi d'un bel esprit 
Répondre
M
le noir et tous ses relents<br /> pris par l'ivresse de ses temps<br /> capture renoue à l'instant<br /> trouve des profondeurs  l'élan<br />  déserte donc ce pesant<br />  va, assiste au jour naissant<br />  flatte le d'un rire en dansant<br /> il t'annonce de beaux instantssssssssssssssssssss
Répondre